« Dans vos relations avec votre entourage, cherchez toujours la vie, la vie qui vous enrichira et vous embellira les uns les autres. Mais pour cela il ne faut être ni négligent ni paresseux, mais accepter de faire des exercices. Quels exercices ?
Vous avez chaque jour toutes sortes d’occasions d’être irrité par le comportement des autres ; la moindre contrariété, la moindre parole blessante prend des proportions gigantesques et vous n’arrivez pas à oublier. En revanche, si on est gentil, aimable avec vous, à peine si vous y faites attention : vous pensez que toutes les marques d’amitié et d’amour vous sont dues, et immédiatement vous les oubliez. Or, c’est là justement qu’il ne faut pas oublier. Vous devez amplifier même chaque bonne chose, en l’associant non seulement à tout ce qui vous est déjà arrivé de bon de la part des autres, mais aussi à tout ce qui existe de bon dans le monde. La véritable fraternité commence au moment où vous comprenez comment votre vie peut s’enrichir de la vie de tous. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publicités