Lors de notre retour d’Indonésie, nous avons séjourné au CASU, le centre de référence accueillant les sans-abris à Bruxelles puis ensuite à La Rencontre, une rue plus loin  : une éducatrice ne comprenait pas pourquoi les gens venaient vers nous, ça la laissait perplexe de constater la facilité avec laquelle des personnes souvent fort « abîmées » se tournaient spontanément vers nous et de surcroît de constater comment nous accédions à elles alors qu’elle ramait en tant que professionnelle pour « établir » le contact, créer le lien, la confiance. La réponse se trouve écrite ci-dessous noir sur blanc.
Nous devons pouvoir voir Qui habite dans l’enveloppe extérieure se présentant devant nous sous des formes diverses et parfois pas spécialement attirantes et là « le miracle », la magie de la Vie opère mais il n’y a rien de miraculeux, ou dit autrement l’état normal de la Vie c’est justement d’être magique si nous lui permettons d’exercer sa bienveillance inclue dans sa nature première, le système est bienveillant par nature comme le dit Kryeon.  
                        _________________________________ 
« Ceux qui quittent le Seigneur, qui coupent le contact avec Lui, laissent tarir en eux la source de l’amour. Un jour, devant les échecs successifs de leur vie sentimentale, ils se posent des questions : tous ces hommes ou ces femmes, comment se fait-il qu’ils aient pu les aimer ? Au moment de la rencontre ces êtres leur paraissaient irrésistibles ; puis, peu à peu, ils ont fini par les trouver tout à fait quelconques ou même insupportables. C’est tout simplement parce que l’Être unique qui habitait tel homme ou telle femme n’est plus là pour eux. Ce n’était donc pas lui ou elle qu’ils aimaient, mais l’Être qui les regardait à travers cet homme ou cette femme. Et ils n’ont pas su ce qu’il fallait faire pour Le retenir. Ils se sont montrés négligents, insouciants, égoïstes, et l’Être qui vivait dans leurs bien-aimés s’est éloigné.
Ne recherchez donc pas les hommes ou les femmes pour ce qu’ils sont, eux, mais pour découvrir à leur contact l’Être unique qui vous visite à travers eux. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov